Le blog nutraceutique

Notre blog nutraceutique, actifs et ingrédients: le pourquoi du comment!

Pourquoi ce blog sur la nutraceutique?

Chez Phytocea, nous concevons et distribuons des nutraceutiques. Nous créons des produits dont les formules nous sont exclusives et dans lesquels nous croyons.

Nous avons à cœur de faire les choses le mieux possible, avec le maximum de transparence. C'est pour cela que n'utilisons pas de produits en marque blanche, que nous privilégions les ingrédients originaires de France (même si ce n'est pas toujours possible) et utilisons des actifs d'origine agriculture biologique dès que cela est possible.

Comme il est dur de s'y retrouver dans la jungle des compléments alimentaires, de la nutraceutique ou encore des ingrédients, nous avons souhaité populariser nos connaissances, nos choix, les pourquoi du comment, les contre-indications, etc.

Ce blog ne se veut pas exhaustif, il est là pour aider le consommateur à comprendre ce qu'il achète et pourquoi.

En aucun cas ce blog ne remplace le conseil d'un professionnel de santé, c'est même plutôt l'inverse: si ce que vous lisez vous pose question, prenez conseil auprès d'un professionnel avant de consommer un produit contenant tel ou tel ingrédient.

 

Qu'est ce que c'est que les compléments alimentaires?

Ce sont des produits contenant des nutriments ou des plantes qui viennent en complément de notre alimentation. Leur objectif premier est de combler les carences parfois observées dans la population. Mais ils ont également d'autres intérêt en fonction des nutriments ou des plantes utilisés.

En parallèle ou plutôt en complément du terme complément alimentaire, s'est développé le terme nutraceutique. Il désigne les "alicaments" ou "aliments santé" et navigue entre la nutrition et la phytothérapie...

Pour plus d'information sur les termes de nutraceutique et de phytothérapie, vous pouvez consulter les deux articles respectifs qui traitent de ces sujets: ICI et ICI.

 

Comment le monde du complément alimentaire est-il encadré?

 Les directives européenne (Directive 2002/46/CE) et française (décret n°2006-352 du 20 mars 2006) encadrent les compléments alimentaires et les définissent comme "des denrées alimentaires dont le but est de compléter un régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique". Ces directives imposent aux compléments alimentaires les mêmes règles aux compléments que celles appliquées aux aliments et non au médicaments.

En France, les compléments alimentaires disposent du statut de denrée alimentaire spécifique et peuvent donc être commercialisés en et hors pharmacie. 

Les compléments alimentaires sont examinés par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), dépendante du ministère chargé de l'Economie.

La DGCCRF s'assure sur la base des données scientifiques, qu'aucun ingrédient, constituant le complément examiné, n'est susceptible de mettre en danger la santé du consommateur.

Des avis sont régulièrement émis par les autorités sanitaires lors de l'occurrence d'effets indésirables.

Que trouve-t-on dans les compléments alimentaires? Quels sont les ingrédients autorisés?

Les compléments alimentaires sont principalement constitués d’ingrédients possédant une effet physiologique.

Une des différences majeures entre aliment et compléments alimentaires est l'absence de matrice alimentaire. Cela signifie que les compléments ne possèdent pas la structure complexe des aliments entiers, ce qui impacte la biodisponibilité (en bien ou en mal) mais également ce qui prive des autres éléments qui constituent la matrice (les fibres par exemple). C'est une des raisons qui fait qu'un complément alimentaire peut compléter un régime mais ne peut pas remplacer une alimentation saine et équilibrée.

Il est illusoire de vouloir remplacer une alimentation normale et complète par des gélules! En revanche, dans le cas de malabsorption, de carences passagères (ex: vitamine D), de régimes susceptible de provoquer des carences (ex: régime végan), le complément alimentaire trouve alors tout son intérêt.

Un deuxième intérêt est l'apport spécifique de nutriments que l'on consomme peu, mais dont les études scientifiques ont montré qu'un apport augmenté et régulier avait des effets bénéfiques (ex: pigments caroténoïdes pour la rétine).

 

Les ingrédients et substances retrouvés dans les compléments alimentaires sont encadrés par la loi.

L’article 4 du décret n°2006-352 du 20 mars 2006 relatif aux compléments alimentaires stipule que " seuls peuvent être utilisés pour la fabrication des compléments alimentaires :

  •  Les nutriments et les substances à but nutritionnel ou physiologique définis aux 2° et 3° de l'article 2, dans les conditions prévues aux articles 5 et 6  
  • Les plantes et les préparations de plantes définies au 4° de l'article 2 dans les conditions prévues à l'article 7 
  • Les autres ingrédients dont l'utilisation en alimentation humaine est traditionnelle ou reconnue comme telle au sens du règlement du 27 janvier 1997 susvisé, ou autorisés conformément à ce règlement (appelés "Novel Food") 
  • Les additifs, les arômes et les auxiliaires technologiques dont l'emploi est autorisé en alimentation humaine dans les conditions prévues par les décrets du 18 septembre 1989, du 11 avril 1991 et du 31 juillet 2001 susvisés." 

Sur la base du décret susnommé, 2 arrêtés ont été pris:

  • Arrêté du 9 mai 2006 modifié relatif aux nutriments pouvant être employés dans la fabrication des compléments alimentaires 
  • Arrêté du 24 juin 2014 établissant la liste des plantes, autres que les champignons, autorisées dans les compléments alimentaires et les conditions de leur emploi 

Les listes d'ingrédients autorisés dans les autres pays d'Europe sont utilisables dans les compléments alimentaires, sauf si les autorités locales (DGCCRF) considèrent que ces ingrédients mettent en danger la santé du consommateur.

 

Les vitamines, les oligoéléments, les allégations santé des compléments alimentaires 

L'usage de minéraux, oligoéléments et des vitamines est autorisé par l'union européenne.

Des critères de pureté, de dose, de forme, de quantité ont été définis et les compléments alimentaires ont pour obligation de s'y conformer.

De plus des doses maximales ont été établies, elles constituent des limites de sécurité à ne pas dépasser en cas d'apport journalier.

Quelles sont les vitamines autorisées dans les compléments alimentaires?

Voici la liste des vitamines autorisées dans les compléments alimentaires. Pour chaque vitamine que nous utilisons, nous avons rédigé une fiche synthétique qui donne les principales informations sur celle-ci: nom, alias, formes, où la trouver, quelles sont les quantités recommandées, a quoi sert-elle, etc. Ces fiches sont consultables en cliquant sur le nom de la vitamine d'intérêt:

 Un article général sur les vitamines est également disponible dans la rubrique "Nutrition".

Quels sont les Minéraux autorisés dans les compléments alimentaires?

Voici la liste des minéraux autorisés dans les compléments alimentaires. Pour chaque minéral que nous utilisons, nous avons rédigé une fiche synthétique qui donne les principales informations sur celui-ci: nom, alias, formes, où le trouver, quelles sont les quantités recommandées, à quoi sert-il, etc. Ces fiches sont consultables en cliquant sur le nom du composé d'intérêt:

  • Calcium
  • Chlorure
  • Chrome
  • Cuivre
  • Fer
  • Fluor
  • Iode
  • Magnésium
  • Manganèse
  • Molybdène
  • Phosphore
  • Potassium
  • Sélénium
  • Sodium
  • Zinc

Quelles sont les plantes autorisées dans les compléments alimentaires?

L'utilisation des plantes dans les compléments alimentaires est régulée.

Ces plantes doivent posséder des effets qui ne les font pas entrer dans la catégorie des plantes thérapeutiques. Des plantes thérapeutiques n'entrent plus dans la catégorie "complément alimentaire" mais dans la catégorie "médicament".

Ainsi pour être autorisées les plantes doivent répondre à certains critères :

  • soit faire partie des plantes dont la vente libre est autorisée
  • soit être traditionnellement utilisées dans l’alimentation d’au moins l’un des pays de l’Union européenne
  • soit bénéficier d’une autorisation européenne en tant que "novel food"

Il est a noter que de nombreux produits de phytothérapie sont administrativement classés dans la famille des compléments alimentaires bien que les plantes qu’ils contiennent possèdent des propriétés thérapeutiques. 

Quels sont les autres actifs autorisés dans les compléments alimentaires

D'autres substances peuvent être utilisées dans les compléments alimentaires. C'est notamment le cas de:

  • des acides aminés
  • des protéines
  • des acides gras comme les oméga-3
  • des enzymes
  • des hormones
  • des sucres particuliers, comme les fructo-oligosaccharides
  • ou d’autres types de substances

L'utilisation de ces substance doit être proposée à la DGCCRF qui peut refuser leur utilisation si celle-ci présente un danger réel pour la santé du consommateur. Après 12 mois, le composé est inscrit dans la liste des ingrédients autorisés.

Quels sont les actifs, les plantes et autres composés utilisés dans les compléments alimentaires nutraceutiques de Phytocea?

Comme dans le cas des vitamines et des minéraux, pour chaque plante, extrait de plante ou actif autre qu'une vitamine ou un oligoélément que nous utilisons, nous avons rédigé une fiche synthétique qui donne les principales informations sur celui-ci: nom, alias, formes, interactions, précautions, contre-indications, objectif, littérature scientifique, etc. Ces fiches sont consultables en cliquant sur le nom de l'actif d'intérêt:

Qu'est ce que c'est qu'une allégation santé?

L'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) donne les définitions suivantes aux allégations nutritionnelles et aux allégations santé:

"Une allégation est un message, figurant sur certains emballages alimentaires ou accompagnant le produit, qui fait état des propriétés sanitaires et/ou nutritionnelles des aliments ou de leurs composants.

D'un point de vue réglementaire :

  • une allégation est dite nutritionnelle quand elle fait référence à la teneur d'un nutriment dans un aliment. Elle indique par exemple "riche en calcium" ou "représente 30 % des apports journaliers recommandés en vitamine C" ;
  • une allégation est dite de santé quand elle met en exergue un lien entre un nutriment ou un aliment et l'état de santé. Une allégation santé peut revendiquer la diminution d'un facteur de risque (ex: "les oméga 3 réduisent les risques cardio-vasculaires") ou celle d'un risque de maladie, mais elle ne peut pas comporter de mention thérapeutique indiquant que tel nutriment prévient une pathologie ou la guérit (ex : "le calcium prévient l'ostéoporose")."

 

Les allégations santé sont régulées par le règlement européen 1924/2006. Les allégations autorisées sont répertoriées dans un registre européen. La plupart concerne les vitamines, minéraux, nutriments. Les allégations sont autorisées si elles respectent les critères d'application (autorisé ou non, en attente, dose mini, limites de sécurité).

A titre d'exemple, voici les allégations autorisées pour des produits contenant de la vitamine A:

"Les produits contenant de la vitamine A peuvent prétendre contribuer :

  • au métabolisme énergétique normal
  • au maintien d’une peau et de muqueuses normales
  • à la vision normale
  • au fonctionnement normal du système immunitaire
  • à la spécialisation cellulaire
  • au métabolisme normal du fer


si et seulement si ces produits contiennent au moins 120 microgrammes (µg) de vitamine A (rétinol) pour 100 g, 100 ml ou par emballage si le produit ne contient qu’une portion.

Les aliments et les compléments alimentaires contenant de la vitamine A ne peuvent PAS prétendre :

  • être indispensables à la santé des os
  • être indispensables à la santé des dents
  • être indispensables à la santé des cheveux
  • être indispensables à la santé des ongles ou de la peau
  • maintenir la vitalité et l’énergie


Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les aliments et les compléments alimentaires contenant de la vitamine A."

Les allégations en attente

Les pays de l'union européenne ont déposé des milliers de demandes d'allégations. Certaines ont été approuvées, d'autres rejetées et certaines (surtout concernant les plantes) sont en attente. Le processus de validation est long et complexe. En attendant leur acceptation ou refus, les allégations en attentes, telles que notées dans le registre européen sont utilisables, si elles respectent les critères d'application, à la discrétion des fabricants qui doivent pouvoir attester de la conformité à l'allégation.

Les usages traditionnels

Certaines plantes ou substances dont l'utilisation est faite de longue date sont considérées comme plantes à usage traditionnel et reconnu comme telles par les autorité sanitaires (OMS, Commission E, ESCOP, EMA, IESV). 

Conclusion

Voilà qui introduit le concept de complément alimentaire. Nous espérons avoir pu vous apporter quelques informations qui vous aiderons dans vos choix.

En accord avec nos valeurs, nous documenterons les prochains actifs que nous utiliserons, toujours dans cet objectif de transparence.

Si toutefois vous souhaitez plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter. 👋