Quels sont les besoins nutritionnels spécifiques de la grossesse?

Quels sont les besoins nutritionnels spécifiques de la grossesse?

Cet article complète la série d'articles sur les besoins nutritionnels. Pour revoir les précédentes notions, n'hésitez pas à les consulter.

La grossesse entraine de nombreux bouleversements dans le corps des femmes, des adaptations se mettent en place pour permettre le développement du fœtus. Ceci conduit à une évolution des besoins nutritionnels. Ces évolutions des besoins sont critiques pour un déroulement optimal de la grossesse et un développement normal du fœtus. En effet, certaines carences au cours de la grossesse peuvent entrainer des malformations ou des anomalies du développement.

Quelques rappels sur les besoins nutritionnels

Définition du besoin nutritionnel

Le besoin nutritionnel se définit comme:

« la quantité moyenne de nutriments nécessaire quotidiennement pour assurer le développement de l’organisme, le renouvellement des tissus, le maintien d’un bon état de santé physique et psychique, et l’activité physique conforme à ses conditions de vie ».

Les références nutritionnelles

En France, c’est l’ANSES qui grâce aux comités d’experts et aux recommandations de lEFSA définit des références nutritionnelles. Cela donne lieu à l'établissement de plusieurs notions:

Le besoin nutritionnel moyen ou BNM

Défini comme “le besoin moyen au sein de la population, tel qu’estimé à partir de données individuelles d’apport en relation avec un critère d’adéquation nutritionnelle lors d’études expérimentales”.

La référence nutritionnelle pour la population ou RNP

Défini comme “l’apport qui couvre en théorie le besoin de presque toute la population considérée (97,5 % dans la plupart des cas), tel qu’estimé à partir des données expérimentales”.

L’apport satisfaisant ou AS

Défini comme “l’apport moyen d’une population ou d’un sous-groupe pour lequel le statut nutritionnel est jugé satisfaisant”.

Lorsque le BNM et le RNP ne peuvent pas être estimés correctement ou considérés comme insuffisants, c’est l’AS qui est retenu comme référence nutritionnelle.

La limite de sécurité supérieure ou LSS

En plus de ces notions, il existe pour certains nutriments des valeurs de sécurité, ce sont les limites supérieures de sécurité ou LSS.

Les LSS sont définies comme “l'apport journalier chronique maximal d'une vitamine ou d’un minéral considéré comme peu susceptible de présenter un risque d'effets indésirables sur la santé de toute la population”.

Quels sont les besoins énergétiques spécifiques au cours de la grossesse?

La grossesse donne lieu à des changements du métabolisme, le corps d'adapte à la grossesse et les besoins du fœtus et de son développement s'ajoutent aux besoins de sa mère.

Au cours de la la grossesse, le besoin énergétique évolue. On simplifie l'évolution en la découpant par trimestre, chaque trimestre de grossesse le besoin énergétique augmente, il est donc légèrement supérieur à la normale en début de grossesse et fortement augmenté à la fin (bien sûr, cette évolution n'a pas lieu du genre au lendemain, mais ce découpage permet une distinction claire). Pour mémoire, les besoins énergétiques sont de 1800 à 2200 kcal par jour (7536 à 9211 KJ par jour) chez les femmes.

Ainsi on observe une augmentation du besoin énergétique de:

  • + 70 kcal par jour en moyenne au premier trimestre

  • + 260 kcal par jour en moyenne au second trimestre

  • + 500 kcal par jour en moyenne au dernier trimestre

Pour couvrir ce besoin, rien de compliqué, il suffit de manger plus, en faisant attention à la proportion des différents nutriments.

Au cours de la grossesse, la masse corporelle augmente. Cette augmentation est en moyenne de 13kg avec une prise de masse de 1 kg/mois au cours du premier semestre, puis 500 g/mois. Il faut prêter une attention particulière en cas de prise de masse insuffisante ou excessive. Dans tous les cas, le suivi médical régulier permet de surveiller l'évolution.

Quels sont les besoins en macronutriments au cours de la grossesse?

Les proportions des différents macronutriments sont conservées au cours de la grossesse et les recommandations sont les mêmes que pour la population générale adulte:

  • 35 à 40 % de l'apport énergétique sous forme de lipides (veiller à l'apport d'oméga 3: consommer des poissons gras)

  • 10 à 27 % de l'apport énergétique sous forme de protéines. Au 3eme trimestre, cette fourchette d'apport passe à 12 - 27%.

  • Environ 50 % de l'apport énergétique sous forme de glucides. Attention, il est préférable de privilégier les glucides complexes et un faible index glycémique, les sucres simples à fort index glycémique ne sont pas recommandés.

Les besoins en eau sont également augmentés et il est recommandé un minium de 2,3L d'apport par jour.

Quels sont les besoins en vitamines et micronutriments au cours de la grossesse?

Au cours de la grossesse, les besoins en vitamines et micronutriments sont augmentés. Pour certains, il faut y prêter une attention particulière pour s'assurer d'un développement normal du fœtus.

L'apport en folates (vitamine B9) est important avant et pendant la grossesse

Les folates sont indispensables au cours du développement fœtal. Particulièrement au cours du premier trimestre de grossesse. Leur carence peut entrainer des anomies de fermeture du tube neural ce qui conduit au spina-bifida.

En prévention du spina-bifida, il est recommandé la supplémentation en vitamine B9 à raison de 400µg/jour 28 jours avant la conception et jusqu'à la fin du 4ème mois (environ 12 semaines d'aménorrhée).

Les besoins auxquels il faut faire attention

Au cours de la grossesse, les besoins en vitamines A, C et D, fer, calcium et iode sont augmentés ou ont une importance particulière.

Une attention à l'apport en fer est à porter chez les personnes qui ont un faible taux de ferritine ou une anémie. Il existe en effet un risque d'anémie ferriprive. L'anémie ferriprive est corrélée à de faibles poids de naissance, à une augmentation de la prématurité et une augmentation de mortalité périnatale. Dans ces cas uniquement, une supplémentation en fer est recommandée (50 mg de fer élémentaire par jour).

Pour s'assurer du bon développement cérébral, il faut satisfaire aux besoins en iode (sans excès), l'apport suffisant est porté à 200 µg/j avec une limite supérieure de sécurité de 600 µg/j.

L'apport en calcium doit être au minium de 1000 mg/jour et est satisfait par la consommation de 3 à 4 produits laitiers.

Les références nutritionnelles en vitamines et minéraux au cours de la grossesse 

Les nutriments dont le besoin est différent de la femme adulte sont en orange.

Nutriments Femmes enceintes
BNM RNP AS LSS
Vitamine A
(µg eq rétinol /j)
540 700 3000
Vitamine B1
(mg/MJ)
0,072 0,1  
Vitamine B2
(mg/j)
1,5 1,9  
Vitamine  B3
(mg eq niacine /j)
1,3 1,6 10 (acide nicotinique
900 (nicotinamide)
Vitamine B5
(mg/j)
  5  
Vitamine B6
(mg/j)
1,5 1,8 25
Vitamine B8
(µg/j)
  40  
Vitamine B9
(µg eq folates alimentaires /j)
  600 1000
Vitamine B12
(µg/j)
  4,5  
Vitamine C
(mg/j)
100 120  
Vitamine D
(µg/j)
  15 100
Vitamine E
(mg/j)
  9  
Vitamine K
(µg/j)
  79  
Choline
(mg/j)
  480  
Calcium
(mg/j)
750 950 2500
Chlore
(mg/j)
  2300  
Chrome   ND  
Cuivre
(mg/j)
  1,7 5
Fer
(mg/j)
7 16  
Fluor
(mg/j)
  2,9 7
Iode
(µg/j)
  200 600
Magnésium
(mg/j)
  300 250
Molybdène
(mg/j)
  95 600
Phosphore
(mg/j)
  550  
Potassium
(mg/j)
  3500  
Sélénium
(mg/j)
  70 300
Sodium
(mg/j)
  1500 2300
Zinc [300mg/j de phytates]
(mg/j)
9,1 25
Zinc [600mg/j de phytates]
(mg/j)
10,9 25
Zinc [900mg/j de phytates]
(mg/j)
  12,6   25

Les aliments à éviter et les précautions à prendre au cours de la grossesse

Eviter les risques de listériose et de toxoplasmose

Pour éviter les risques de contamination alimentaire et le développement d'une infection à risque pour la poursuite de la grossesse, il faut éviter de consommer:

  • Les viandes crues ou non cuites à point

  • Les produits de charcuterie non stérilisés en bocaux (ex: pâté en conserve type pâté Henaf: oui, pâté "à la coupe": non)

  • Le lait cru

  • Les fromages au lait cru, sauf ceux à pâte pressée et cuite (ex: emmental)

  • Les fromages à croute lavée ou fleurie (ex. respectivement type munster et camembert)

  • Les fromages déjà râpés

  • Les œufs crus

  • Les produits de la mer crus

Limiter ou supprimer la consommation des aliments à risques

Il faut éviter de consommer:

  • Trop de soja: 1 aliment par jour au max, pour limiter la consommation de phytoestrogènes.

  • Des boissons énergisantes

  • Des aliments goitrogènes

  • Trop de foie et privilégier des légumes

Il faut s'abstenir de consommer:

  • De l'alcool qui est particulièrement toxique lors du développement fœtale

  • Du tabac 

Sources

Programme national nutrition santé (PNNS)

ANSES

EFSA

Nutrion - 2021, Elsevier

ANSES: actualisation des repères alimentaires du PNNS pour les femmes enceintes ou allaitantes

MangerBouger

CERIN: Références nutritionnelles pendant la grossesse et l’allaitement