La pollution et la santé

La pollution et la santé

La pollution, c’est un sujet d’actualité mais sait-on toujours ce qu’elle est et les conséquences qu’elle a sur notre santé?

Qu’est ce que c’est que la pollution?

La pollution, dont l’origine latine est polluere (Salir), est la dégradation d’un milieu à cause de substances extérieures. Elle est principalement due à l’Homme et à son activité. La pollution des environnements à plusieurs conséquences: directes sur cet environnement, mais aussi sur la santé humaine.

L’ONU considère désormais que la pollution est une limite planétaire « d’une part, en raison de ses effets néfastes sur le développement physiologique de l’homme et sur le fonctionnement des écosystèmes ; d’autre part, car elle agit comme une variable lente qui affecte d’autres limites planétaires. En effet, la pollution chimique peut avoir des répercussions sur la limite « érosion de la biodiversité ».

La pollution d’origine Humaine

Si une partie de la pollution peut être d’origine naturelle (volcanisme par exemple) la majorité de la pollution actuelle est directement lié au développement de l’Homme et de son activité.

Elle résulte de l’industrie et de ses rejets, de l’exploitation des matières premières, de la production alimentaire, mais pas seulement, notre activité quotidienne est source de pollution: gaz d’échappements, chauffage, déchets des produits de consommation courante.

Le caractère néfaste de la pollution est variable et dépend de sa nature:

  • perturbateur endocrinien
  • Toxique induisant des anomalies de développement
  • Toxique pour l’environnement (élimine des espèces et détruit les écosystèmes)
  • Toxique pour l’Homme
  • Modificateur de l’écosystème et induisant des sélection d’espèces avec une perte de diversité

La pollution de l’air

La qualité de l’air est altérée par les polluants atmosphérique. Cette pollution exerce des effets sur l’Homme et sur l’environnement. L’OMS estime que la pollution atmosphérique est responsable chaque année du décès de 7 millions de personnes dans le monde et que 9 personnes sur 10 respirent un air pollué au dela des limites fixées par l’OMS. Il existe une double pollution de l’air: extérieure mais également intérieure. L’OMS estime que la pollution de l’air intérieur figure au rang des principales causes de maladies et de décès prématurés dans les pays en développement. L’exposition à la pollution de l’air est susceptible d’entrainer des troubles respiratoires, irritations, cancers...

Il existe deux mode de pollution de l’air:

  • Directe avec des polluants primaires
  • Indirecte avec des polluants secondaires produits par la réaction de plusieurs composés entre eux (ex: l’ozone)

La pollution de l’air extérieure est en partie dépendante des conditions météorologiques et saisonnières. La température et le vent jouant notamment un rôle dans le système.

Parmi les polluants de l’air on retrouve:

  • Les particules (PM10, PM2.5)
    • Produits du chauffage (au bois), du transport, de l’industrie et de l’agriculture. Les PM10 sont suffisamment grosses pour etre retenues par le nez, en revanche les PM2.5 (très fines) descendent profondément dans les voies respiratoires
  • Les oxydes d’azote
    • Produits en grande majorité par le transport routier via les véhicules Diesel, ils entrainent des irritations des voies respiratoires ainsi que des maladies cardiovasculaires et respiratoires.
  • Le dioxyde de souffre
    • En très grande majorité produit par l’industrie (pétrole, construction, métallurgie, chimie). Il provoque des irritations des voies respiratoires.
  • Les COV (composés organiques volatiles)
    • On les retrouve en grande quantité dans l’air intérieur à cause de l’utilisation de solvants ménagers, de peintures, de colles (notamment dans les meubles). Parmi ceux-ci on retrouve le benzène et l’acétone, bien connus. Ils entrainent des irritations et des altérations de la physiologie respiratoire.
  • Les métaux lourds
    • Produits de l’industrie métallurgique, de la combustion et du trafic routier (désormais moins impactant avec l’abandon de l’essence plombée). Certains métaux sont nécessaires à la vie à faible dose (le zinc ou le fer en sont des exemples) mais deviennent toxiques à haute dose, d’autres sont extrêmement toxiques comme le plomb et le mercure. Lorsqu’ils sont absorbés, ils s’accumulent et entrainent des effets sur le long terme, ces effets sont nombreux et dépendent du métal incriminé: cancer, troubles nerveux, insuffisance rénale, hépatique...
  • L’ozone
    • C’est un polluant secondaire, il est le produit des réactions entre certains polluants comme les NOx, le monoxyde de carbone (CO) et les COV. Il entraîne des irritations des voies respiratoires et des yeux.
  • L’ammoniac
    • C’est majoritairement un produit de l’exploitation agricoles. C’est un gaz irritant avec une odeur caractéristique. Son exposition entraine des irritations et des brulures des yeux et des voies respiratoires. Il est mortel à très hautes doses.
  • Les hydrocarbures aromatiques polyclycliques
    • Résidus de combustion ou de l’utilisation de solvants. Ils entrainent des irritations des voies aériennes, des troubles de la perception des odeurs et des altérations de la physiologie respiratoire. Certains sont cancérogènes.

En Europe, un certain nombre de polluants est surveillé (Code de l’environnement et les directives européennes 2004/107/CE et 2008/50/CE):

  • dioxyde de soufre
  • oxydes d’azote
  • ozone
  • particules (PM10 et PM2,5)
  • monoxyde de carbone
  • benzène
  • plomb, arsenic, cadmium, nickel, mercure
  • hydrocarbures aromatiques polycycliques (benzo[a]pyrène).

La pollution de l’eau

La pollution de l’eau peut être d’origine naturelle ou chimique. L’eau est soumise à deux types de polluants:

  • Les polluants chimiques
  • Les polluants microbiologies (i.e. parasites, bactéries ou virus)

La pollution microbiologique

Elle est due aux microorganismes provenant en bonne partie des déjections animales ou humaines, des animaux morts dans les cours d’eau. On retrouve une grande variétés de pathogène, des parasites intestinaux (tel Cryptosporidium), des virus (hépatite A et E, que l’on retrouve dans les coquillages souillés), des bactéries (comme Helicobacter pylori, Pseudomonas aeruginosa, Legionella pneumophilla).

La pollution chimique

Elle possède plusieurs causes:

  • La nature, les polluants présents naturellement dans le sous sol peuvent se dissoudre dans l’eau (ex: arsenic)
  • L’Homme au travers de ses activités
  • Les résidus du transport et du traitement de l’eau (le plomb notamment)

On distingue deux grands type de polluants:

  • les macropolluants
    • Les nitrates:
      • Ils sont principalement dus à l’agriculture et à l’utilisation d’engrais (surplus de nitrates non captés par les plantes). Ils peuvent notamment poluer les nappes et participent au developpement des algues vertes (via l’eutrophisation).
    • Les phosphates
      • Ils sont contenus dans les détergeants et sont la cause d’une eutrophysation des cours d’eau.

Eutrophisation: Processus par lequel des nutriments s’accumulent dans un milieu.

  • les micropolluants

    • Ce sont les pesticides. Il ont un double impact: sur l’éco-système et sur la santé humaine. Parmi eux on retrouve les insecticides, les fongicides, les herbicides, la bouillie bordelaise... En général (et sous réserve des connaissances actuelles), les pesticides deviennent significativement plus toxiques avec l’augmentation de la dose et les usages non adaptés. Ils ont plusieurs effets sur la santé: maux de tête, allergies, irritation, altérations de la physiologie respiratoire, diminution de la fertilité, malformations. Il existe un risque de contamination par l’ingestion de fruits et légumes traités, surtout si l’utilisation n’est pas optimale. Il semble être possible de limiter l’exposition aux pesticides en consommer des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique (Curl 2019, Hyland 2019, Rempelos 2021)



La pollution des sols

Elle est de plusieurs source, comme pour l’eau, naturelle ou due à l’Homme et ses activités.

On retrouve différents polluants:

  • Des métaux: plomb, zinc, arsenic, chrome, cadmium, etc.
  • Des COV dont des hydrocarbures apportés par l’Homme.

L’exposition aux contaminant du sol se fait par inhalation des poussières, ingestion de terre, consommation des végétaux ou de l’eau souillée par le sol ou encore l’inhalation de substances volatiles.

Les risques sur la santé sont liés à la nature du polluant incriminé: irritation, difficultés respiratoires, anomalies de développement, cancer...

Et chez Phytocea?

Chez Phytocea, nous avons à cœur de proposer des produits innovants. Nous avons créé D.Tox, un mélange de plantes, notamment antioxydantes, et de Zéolite. La Zéolite a la capacité de capturer les métaux lourds et certains polluants (dont les nitrates, nitrites, sulfates, bisphénols).  D.Tox vise à limiter la contamination par ingestion des contaminants alimentaires.

 

 

Sources

Ministère de la transition écologique

Pasteur Lille

Santé Publique France

Ministère des solidarités et de la Santé

l'OMS