Micronutrition et nutrithérapie du sportif: Optimisation des performances - Jérôme Manetta

Micronutrition et nutrithérapie du sportif

La micronutrition est actuellement reconnue pour faire partie intégrante de la préparation physique des athlètes. Plus précisément, cette branche, relativement récente de la nutrition permet, grâce à une prise en charge globale individuelle qui se réfère comme point de départ à l'optimisation de l'état de santé, de faciliter les différentes réponses physiologiques adaptatives mises en place au cours de l'effort et durant
la récupération physique et mentale. Dans cette optique, la micronutrition intervient au niveau de l'ensemble des mécanismes biochimiques cellulaires qui objectivent la nutrithérapie, où la notion de synergie moléculaire est le pilier fondateur.

Manger pour ne pas « perdre » prendra tout son sens lorsque le sportif consommera des aliments contenant les micronutriments dont il a besoin au regard de sa discipline, de son niveau de pratique et, le cas échéant, des carences détectées. Cet objectif dépend bien évidemment de la qualité du tube digestif et plus spécifiquement de l'intégrité de la barrière intestinale qui, au-delà de son rôle essentiel
sur l'assimilation, représente le centre névralgique de l'ergogénie recherchée.

L'utilisation des compléments alimentaires quant à elle pourra être proposée lorsqu'une situation « d'urgence » se présente ; mais devra impérativement tenir compte du statut micronutritionnel de l'athlète ainsi que de la biodisponibilité et des interactions mutuelles des molécules (vitamines, oligo-éléments, acides aminés, acide gras, pré - et probiotiques,...) ingérées.

Ne pas respecter ces recommandations peut se finaliser par un effet délétère (i.e. ergolytique) non recherché !